Trouver son premier emploi : mon expérience et mes conseils

Trouver son premier emploi : mon expérience et mes conseils

L’an dernier, je vous avais fait un article sur mon expérience de la fac de droit et mes conseils pour réussir, un an plus tard, j’ai fini mon master 2, trouvé mon premier emploi et je voulais vraiment vous en parler. C’est une période assez stressante, pleine de doutes et je pense que tous les conseils et retours d’expérience sont bons à prendre. Loin de moi l’idée de me vanter, mais si vous êtes actuellement en fin d’études et que vous vous posez beaucoup de questions sur l’avenir, peut être que cet article pourra, dans une toute petite mesure, vous éclairer.

Prologue

Comme vous le savez sûrement j’ai fait mon master 2 en alternance, et dans la mesure du possible, je ne peux que vous recommander ce type de cursus avant de rentrer sur le marché de l’emploi. Selon les filières, l’alternance est possible plus ou moins tôt, master 2 dans mon cas mais dans tous les cas, elle joue un rôle vraiment crucial dans la suite des événements. Les césures et les stages longs (6 mois minimum) comptent également énormément.

Dans mon cas, je suis loin d’avoir le profil idéal puisque je n’ai qu’une seule expérience de plus de 6 mois à temps complet. Si vous êtes juriste et dans une fac où la césure n’est pas possible, c’est assez classique mais c’est un point “négatif” à avoir en tête. J’ai toutefois effectué 2 stages de 3 mois pendant mes études de droit et quelques jobs d’été sans rapport avec mes études.

Pendant votre master 2, je vous conseille de regarder les offres d’emploi régulièrement pour connaître le marché quand vous attaquerez votre recherche.

La recherche d’un premier emploi

Si je vais essayer de généraliser au maximum mes conseils pour qu’ils soient susceptibles de s’appliquer au plus grand nombre, ils s’appliqueront plus à vous si vous recherchez un poste en entreprise plutôt qu’en cabinet de conseils.

Les cabinets de conseils ont un process de recrutement différent. Pour résumer ce que j’en sais : les recrutements sont assez centrés autour de la période de la rentrée, la période de recrutement commence plus tôt qu’en entreprise (dès avril je dirai), les entretiens peuvent être plus nombreux (jusqu’à 5/6 entretiens à ma connaissance), les postes ouverts sont plutôt nombreux puisqu’il y a un fort turnover.

Je pense également que la situation est très différente si vous ne recherchez pas un emploi sur des fonctions support.

  • Mon expérience

Si j’ai regardé les offres d’emploi tout au long de l’année, j’ai intensifié ma recherche à partir de mi-mai / début juin. Je ne saurai vous dire à combien d’offres d’emploi j’ai répondu entre le mois de juin et le mois de septembre, je n’ai pas du tout quantifié tout ça mais beaucoup (plus d’une centaine je pense) ! Il n’est pas du tout recommandé de répondre à autant d’offres mais si ça peut vous rassurer faîtes le, ça ne coûte pas grand chose si ce n’est du temps. Avant de vous lancer dans cette phase active de recherche d’emploi, faîtes relire votre CV à un maximum de personnes.

Je peux toutefois vous dire ce que ça a donné chez moi en 4 mois :

– Je n’ai jamais été recontactée sur des offres pour lesquelles je n’avais pas l’expérience requise c’est à dire des offres non destinées aux jeunes diplômés. C’est logique d’un côté mais de l’autre c’est très dur de voir aussi peu d’offres qui nous sont destinées. On est donc très tenté de répondre à des offres où l’expérience exigée est 3-5 ans quand on n’en a qu’un ou deux max ! C’est normal et malgré ce constat, si vous avez du temps, si ça vous rassure, continuez de répondre à ces offres car tout est toujours possible.

– Je n’ai jamais été recontactée sur des offres pour lesquelles mon profil ne répondait pas vraiment. Pour vous donner un exemple, j’ai un cursus mix juriste (jusqu’au master 1) mix RH (mon master 2), je n’ai été recontactée ni sur les offres de juriste social ni sur les offres de RH généraliste avec un pan de relations sociales.

– J’ai été recontactée sur toutes les offres existantes dans ma spécialité (les relations sociales et politiques sociales) et destinées à des juniors à une condition : y avoir répondu dès parution de l’offre. J’ai remarqué que l’on est plus recontacté sur une offre lorsque l’on y répond tout de suite que lorsque l’on prend son temps. Personnellement je regardais les offres tous les jours principalement sur Indeed et apec jeune diplômé.

Vous vous demandez surement ce que cela peut donner en termes de chiffres :

– 7 entreprises m’ont recontactées suite à ma candidature

– 3 entreprises m’ont contactées sans que j’ai candidaté

Sur ces 10 contacts différents avec des entreprises :

– 2 process se sont arrêtés après le premier entretien (qui est généralement téléphonique)

– 2 process se sont arrêtés de mon propre chef suite à un entretien. On y viendra plus tard, mais il peut arriver que vous vous rendiez compte pendant le process que le poste ne vous correspond pas.

– 3 process se sont arrêtés après le 3ème entretien où j’étais généralement dans une short list et où je n’ai pas été retenue.

– 1 process s’est terminé parce que le poste a été fermé pour des raisons économiques

– 1 process s’est terminé parce que j’ai été prise sur mon poste préféré et que j’ai donc arrêté le process en cours de route.

Je ne serai pas capable de vous dire si ces chiffres sont classiques mais ça peut vous donner une idée. J’ai donc fait une vingtaine d’entretiens dont 12 physiques. La quasi totalité de ces entretiens ont été faits sur les mois de juillet et de septembre. La période d’août est très creuse, il ne se passe donc pas grand chose à ce moment là.

J’étais en poste à ce moment là et je n’ai pas pris de congés pour être totalement disponible en cas d’entretiens donc ça a été une période assez intense où j’allais une à deux fois par semaine en entretien après ma journée de travail.

  • Les entretiens

Pour chaque poste il y a classiquement et au minimum 3 entretiens : un premier entretien téléphonique où l’on vérifie que vous correspondez à l’offre, que vous l’avez globalement bien comprise ; un deuxième entretien physique avec un RH qui porte classiquement sur votre parcours, vos souhaits de carrière, votre caractère ; un troisième entretien physique avec votre futur manager qui est plus orienté sur le contenu du poste mais qui porte généralement également sur les points précédemment abordés. D’autres entretiens peuvent s’ajouter selon les circonstances.

Les entretiens durent généralement une heure. Il peut arriver que les entretiens soient accolés ce qui vous évite de vous déplacer plusieurs fois. C’est assez pratique même si c’est plus fatiguant physiquement.

  • Mes conseils
  1. La technique du cahier

Mon premier conseil pour tous vos entretiens consiste à prendre un cahier dédié à cet usage (plutôt un cahier simple et sobre de préférence 🙂 ). Pour chaque entreprise, faites une fiche avec les infos principales à connaître : nombre de salariés, chiffre d’affaires, produits vendus, présence dans le monde, santé financière, actualité récente, valeurs… En plus de ces informations sur l’entreprise, je vous conseille également de noter un résumé de l’offre avec les points saillants qui vous ont plu et pourquoi. Vous pouvez également noter sur une feuille, des traits de votre personnalité que vous avez envie de placer durant l’entretien (personnellement les mots corporate ne me viennent pas toujours en premier à l’esprit donc un petit aide mémoire n’est pas de refus). Je note aussi sur mon cahier, les questions que je veux poser en entretien et que j’oublie parfois avec le stress alors qu’il est très bien vu de poser des questions.

Avant chaque entretien je consacre au moins une heure à relire et apprendre cette fiche pour tout avoir en tête le moment venu mais je la prends également sous les yeux. En effet, c’est dans ce même cahier que je note les informations clés données lors d’un entretien. Ainsi, je complète la partie entreprise avec des infos sur l’entreprise, la partie poste avec des infos sur le poste …

Cette technique présente de nombreux avantages : elle permet d’être actif pendant l’entretien, de ne pas oublier l’essentiel à cause du stress, de s’appuyer sur ce qui a été dit lors de l’entretien 1 ou 2 pour l’entretien 3 etc. Cela ne m’a jamais été reproché et j’ai vraiment trouvé ça utile pour tous mes entretiens.

2. Ce que l’on peut tirer de mes échecs

A trois reprises, j’ai échoué après avoir été en short list.  Dans ces trois cas, il ne s’agissait pas de mes compétences mais plutôt de mes envies en termes de carrière et de poste. Dîtes vous que lorsque vous arrivez au stade du 3ème entretien et plus, vous pouvez avoir le poste en terme de profil mais cela va se jouer au fit entre vous et votre recruteur et entre vous et la culture de l’entreprise dans laquelle vous postulez.

Pour vous donner des exemples, certaines entreprises recrutent encore pour une carrière et souhaitent donc des personnes qui seront aptes à tenir non seulement le poste ouvert aujourd’hui mais également celui qui s’ouvrira demain.

De même certaines entreprises recrutent des jeunes diplômés en CDD pendant un an mais cherchent à les embaucher derrière en CDI sur d’autres missions. Dans ce cas, l’entreprise va chercher à savoir ce que vous voudrez faire dans 3 à 5 ans.

Généralement, l’entreprise attend plutôt un profil généraliste et mobile qui pourra être sur de nombreux postes plutôt qu’un profil de futur expert.

Quand cela ne marche pas, vous pouvez vous dire que cela n’était pas fait pour vous. Essayez d’être honnête avec vous même, même si vous n’avez qu’une envie : trouver un poste. Quand on échoue en short list, c’est toujours dur à vivre parce qu’on sait que ça s’est joué à pas grand chose mais ça veut aussi dire : que votre profil est bon puisque vous êtes arrivé jusque là et que la prochaine fois sera peut être la bonne 🙂

3. Etre patient et garder confiance

Je sais que c’est dur mais il est très important d’être patient. Dans les grosses structures, j’ai observé que les process de recrutement d’un CDI duraient 3 à 4 mois et ceux en CDD 1 à 2 mois. Il faut donc être patient pour attendre les réponses entre chaque entretien puis la réponse finale.

 

Voilà, j’espère que ce retour d’expérience aura pu vous apporter quelque chose. N’hésitez pas à me poser des questions dans les commentaires si vous en avez. Il s’agit de mon expérience personnelle, j’ai donc bien conscience qu’elle est loin d’être représentative de toutes les situations. Et vous comment avez vous vécu cette étape ?

Laisser un commentaire